In Real Life·Réflexions générales

Point de rentrée 1 : la Thébaïde

Non, ce blog n’est pas abandonné. Il a été victime de ma vie frénétique de juin à août. Une période sur laquelle je n’ai pas mis grand chose en ligne, sur aucun des sites que je fréquente. Et pour cause…

Juin a été, comme chaque année, une fuite en avant, avec son lot de concerts et de spectacles (avec toutes les répétitions à la clef), et surtout l’achat de notre résidence secondaire champenoise, alias le Korrigan Home ou la Thébaïde. Juillet et août ont vu se succéder un mariage, des allées et retours entre la famille en Bretagne et Charente, mon appartement dans la région parisienne et le Korrigan Home. Enfin, sur l’ensemble de la période, il faut caser cinq jeux de rôle grandeur nature et une semaine de stage de chant…

J’ai vécu en nomade durant l’essentiel du mois d’août ; je n’ai pas dormi plus de deux jours dans le même lit (quand je dormais dans un lit d’ailleurs…), souvent coupée de l’électricité et du web. Le tout après une année assez difficile où j’avais un peu l’impression que tout s’effondrait autour de moi. Mais passons…

L’Achat de la Thébaïde commence doucement à transformer notre vie. Petite à petit, j’y construit mon petit coin d’auteur, avec mes livres sur le surnaturel, mes dictionnaires, une petite table de travail dans notre grande chambre lumineuse. Le fait qu’il n’y ait pas l’électricité – ni l’eau d’ailleurs… – influe grandement sur ma façon de travailler. Je ne peux écrire que dans les rares moments que je ne passe pas à ranger, faire des travaux, préparer les repas, faire la vaisselle, jouer aux jeux de société, faire les courses et dormir – bref, à accomplir des choses essentielles que je bâcle à l’appartement. Mes moment d’écriture sont donc des pauses privilégiées où je dois invoquer une concentration maximale – et avancer avant que la batterie de mon ordinateur ne soit totalement déchargée.

14232982_1221685297896371_5412205544177180407_n
Ma table de travail dans la chambre à coucher. Pas un mot sur le « papier vintage », par pitié ! 😄

 

Thébaïde : lieu de solitude où l’on peut se retirer loin du monde, en référence au désert d’Égypte où se retirèrent les premiers ermites chrétiens.

Inutile de préciser que ce sont des conditions idéales pour avancer de façon efficace, sans se disperser ni papillonner. Le nomadisme estival m’a également replongée dans l’écriture manuscrite, à l’encre sépia ou violette sur mes carnets fétiches. C’est ce qui m’a permis d’atteindre mon objectif de 45000 mots en un mois lors du camps d’écriture estival de l’Allée des Conteurs.

Certains passages n’ont toujours pas été recopiés sous forme numérique. Mais c’est prévu… !

Le prochain article évoquera plus spécifiquement mes avancées (ou stagnation) sur mes différents projets !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s