Réflexions générales

Précis de (non) planification

Sur sa page d’auteur sur FaceBook, C.S. Ringer a posé la question suivante :

 J’ai lu que, selon certains auteurs, construire un plan paralyse, appauvrit la créativité. D’accord ? Pas d’accord ?

Parce qu’il est souvent difficile de développer des idées surFacebook, voici ma réflexion sur le sujet… Un peu en vrac, comme d’habitude !

Tout d’abord, une évidence : les auteurs ne fonctionnent pas tous de la même façon !

Oui,

 Certains sont mal à l’aise avec l’exercice, qui les contraint et les paralyse ; cet exercice qui leur semble laborieux éteint leur inspiration. S’ils se trouvent dans l’impossibilité de le suivre à la lettre, ils se retrouveront confus, perdu…

… mais non !

D’autres, au contraire, ont besoin d’une base solide pour pouvoir se lancer avec confiance. En les tranquillisant et en les rassurant, le plan va leur permettre de libérer leur créativité !

Mais encore…

Tout dépend aussi de l’intention que l’on place dans une œuvre particulière, de sa complexité… Un même auteur pourra y recourir pour certains projets, mais pas pour d’autres.

Il peut aussi avoir besoin de recourir à un plan – ou quelque chose qui y ressemble – en cours de route, pour une fin d’ouvrage où il doit tout mettre à plat, ou pour un passage complexe…

img-1-small580

Qu’entend-on par plan ?

Il y a autant de plans que d’auteurs. Plans structurés, synopsis, notes rapides, schémas… et aussi « plans dans la tête », qui existent bel et bien même si on ne le met pas forcément au clair. Ils sont généralement moins statiques, plus fluctuants et évolutifs, mais qu’ils ne soient pas matérialisés ne les empêche pas de jouer un rôle de structuration du récit.

Des situations très variées !

J’appartiens plutôt à la catégorie des « sans plan rédigé ». Je garde les grandes lignes en tête et j’accepte les improvisations et les modifications qui surviennent en cours de route. Même si elles m’emmènent très loin. Il y a pas mal de projets pour lesquels je n’ai écrit que très peu, voir pas de notes préalables : Les Trois Empires, Spiritus Mundi, Sublimation, Paradis XXIV… Certains ont démarré en impro pure.

Il m’est arrivé cependant de faire un synopsis avant de commencer l’écriture, notamment pour Silver Blood ou la plus grande partie de Light and dark Eratsria. Bien sûr, je l’ai intégralement explosé autant en quantité qu’en contenu, mais l’exercice m’a permis de me lancer sans trop d’états d’âme. Comme d’habitude, j’ai fini par me perdre dans la complexité de ma propre histoire… mais c’est une autre histoire !

Les « romans NaNoWriMo » représentent un cas spécial : j’essaye de planifier l’histoire de façon très précise, avec parties et chapitres calibrés. Mais mon « plan » se limite généralement à la liste des chapitres avec leur titre, qui me guide sur ce que je dois y faire figurer.

Il m’arrive aussi d’avoir besoin de planifier les choses seulement quand le roman est assez avancé pour que je doive me préoccuper de couvrir toutes les intrigues et de les résoudre, parce que mon pauvre petit cerveau ne suffit plus… ^^

Alors que faire ?

Avant toute chose, fuir les articles des bons samaritains qui prétendent savoir quelle est la meilleure façon de devenir un écrivain riche et célèbre ! Qu’il s’agisse de ceux qui prétendant qu’il est obligatoire de travailler avec un plan, comme ceux qui le rejettent totalement !

Il n’y a aucune règle absolue en la matière…
… comme toujours en écriture !

Une histoire est toujours issu d’un équilibre savant entre planification et improvisation. Ce n’est que les proportions relatives de l’une et de l’autre qui peuvent changer !

 

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Précis de (non) planification »

  1. Ahah! Il me semble qu’on a déjà débattu de ce type de sujets 😉
    En fait, après une longue phase où je mettais presque mes histoires en équation, puis une autre phase où j’ai haï les plans au point de leur cracher dessus, j’y suis revenu pour certains projets. Notamment les nouvelles avec lesquelles il est dangereux de se laisser entraîner. Mais quoi qu’il en soit, je ne pars plus dans un récit sans un travail complet sur l’univers, suivi d’un travail complet sur les personnages principaux. A la fin de mes fiches personnages, j’écris l’histoire vue par les yeux de chacun, cela me permet de peaufiner mon plan. Mais parfois, à ce stade, je commence à trop rentrer dans les détails ou alors à m’embrouiller. Alors, dans ce cas, surtout si je suis contrainte par le temps, j’abandonne le plan et je me jette à corps perdu dans la création. Quoi qu’il en soit,, connaître les lieux sur le bout des doigts et connaître intimement les protagonistes ne fera jamais de mal.
    Par contre, figer un plan alors qu’on ne connait pas bien le reste peut se révéler dangereux avec les gens psychorigides qui ne changent pas d’avis sur leur histoire. Des gens comme moi, quoi ! 😉
    Je rigole à moitié, j’ai tué une histoire comme ça (demon heart). Je suis incapable de m’éloigner de ce plan raté, « ploté » avant de connaître mes persos et j’ai perdu deux ans de travail. Donc, ta question n’est pas anodine je trouve.

    J'aime

    1. Sans la question de C.S. Ringer je ne serai pas revenue sur la question ! ^^
      Ce travail détaillé préalable que tu décris, c’est carrément le type de chose qui finirait par me dégoûter de l’histoire voire de l’écriture tout court ! A la rigueur, je vais écrire un synopsis pour savoir où je vais, ou bien je fais des petits « brainstorming » par écrit quand je suis en difficulté. Pour mes personnages, ça ne me gêne pas d’apprendre à les connaître en cours de route, vu que mes plans sont fluides. Je suis allergique aux fiches de perso, à la rigueur je note dans un coin les détails à retenir et qui ne peuvent être confiés intégralement à ma mémoire. Quand je pense de la somme d’éléments que j’ai en tête pour chacune de mes histoires, je me donne le vertige à moi-même ! 😄
      L’essentiel, c’est de trouver sa façon de travailler, ce n’est pas la même pour chacun ! 🙂
      Merci pour ton passage ! 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s